Sélectionner une page

Peut-être que tu as déjà entendu que TOUT EST CHOIX.
Et peut-être que tu le crois. Ou pas.
Finalement si tu réfléchis, il y a des moments où c’est clair que tu n’as pas eu le choix.
Après tout, tu ne contrôle ni les circonstances, ni les autres.

Pour ma part, si je suis réellement honnête avec moi-même, je peux dire que ces moments où je n’ai pas eu le choix sont extrêmement minoritaires dans ma vie. 
En tout cas ce qui est sûr, c’est que j’ai été, et je suis, à 100% responsable de ma vie TOUT LE TEMPS.
Que j’ai l’impression d’avoir le choix, ou pas.

Avant je me révoltais un peu contre cette idée qu’on était 100% responsable: ba oui, ce n’est pas de ma faute s’il m’arrive ceci ou cela, je n’ai pas de pouvoir dessus!

Mais j’ai compris qu’être responsable de notre vie, ce n’était pas choisir TOUT ce qui nous arrive.
C’est choisir notre réaction face aux choses qui nous arrivent.

Par exemple, on ne contrôle pas nos émotions, mais on choisit notre réaction face à nos émotions.
On peut choisir d’essayer de les faire disparaître ou on peut choisir de les vivre.
Et même si notre réaction automatique ne nous plait pas (par exemple si automatiquement on se coupe de nos émotions), on peut choisir de travailler pour modifier ça.
Poser un choix donc.

Et donc, tout ça pour t’ expliquer qu’en ce moment, je fais le choix, dans plusieurs de mes actions quotidiennes, de ne pas prendre soin de moi.
Par exemple, en me couchant tard alors que je sais que le sommeil est quelque chose que je dois apprendre à mieux gérer. 
En mangeant alors que je n’ai pas faim.
Bref…je fais le choix de négliger mes besoins.

Ce n’est pas ici une question de manque de conscience puisque je suis très consciente du fait que je vais aller me coucher tard, et que je vais me réveiller fatiguée, lorsque je laisse Netflix me mettre l’épisode suivant (13 raisons why, derniers épisodes! Dur de résiter ;))

Je suis très consciente de ça. On ne peut pas dire que j’agisse en mode pilote automatique. 
Le mode pilote automatique, c’est notre mode de prise de décisions par défaut.
Dans ce mode, on va choisir le plus simple et le plus gratifiant.

Donc, on va répéter des comportements habituels parce que c’est ce qui va être le plus facile pour notre cerveau. 
Et oui, changer, modifier une trajectoire déjà toute tracée, ça demande des efforts. 
Et notre cerveau choisit en priorité le chemin où il est écrit: moins d’efforts/plus de réconfort. Donc = regarder un autre épisode, ne pas aller courir, manger cet autre délicieux gâteau….

Mais dans mon cas, ce n’est pas une histoire de pilote automatique donc, puisque je sais que j’ai le choix. 
Je suis déjà consciente de ça. C’est une première étape.
Mais ça ne suffit pas. 
Avoir des prises de conscience, c’est bien.
Agir en conséquence, c’est mieux.

Alors pourquoi je fais ces choix? 
Pour le plaisir immédiat, oui. 
Mais pas que. 

Je fais ces choix parce qu’il y a quelque chose que je ne vois pas.
Parce que face à ce plaisir immédiat (nourriture, série), je n’ai rien d’aussi important à opposer.
Parce que je peux dire NON au plaisir immédiat seulement si je peux lui opposer un désir qui est à la hauteur. 
Et pour ça il faut que je sois bien consciente des intérêts que je vais avoir à aller me coucher plus tôt.
Et le fait que je vais être moins fatiguée ne suffit pas.
Par contre, si j’ai une réponse hyper claire et hyper excitante à la question: *A quoi cela va t’il servir que tu sois moins fatiguée? * Il y a des chances que je choisisse d’aller me coucher tôt.

Donc, oui, travailler son observation consciente de soi, c’est bien. Mais il faut aussi mettre en lumière ce qu’on veut vraiment pour nous. 
Pourquoi est-ce qu’on veut prendre soin de notre sommeil?
Faire du sport?
Mieux gérer ses émotions?
Ne pas manger par automatisme? 

Et c’est seulement à partir de ce moment là, que le choix va devenir plus simple.
Plus simple. Pas « facile ». 
Parce qu’il faudra reposer ce choix constamment.
S’y tenir. Mais pas grâce à la volonté ou au contrôle. NON.
S’y tenir parce qu’on a le désir d’atteindre l’endroit où nous voulons aller.

Et ce qui n’est pas vu chez moi aujourd’hui, c’est que j’ai une vision floue de l’endroit où je veux aller.
Donc, je ne peux pas opposer des choix forts à mon mode « recherche du plaisir immédiat ».

Donc mon premier travail, c’est d’aller voir ce que je veux pour moi.
Pour aujourd’hui. Pour demain. Pour dans 10 ans. 
Et si tu veux changer des choses dans ta vie, je t’invite toi aussi à te poser ces questions:
* Quelle est la meilleure version de toi?
* Quel est ton rêve pour toi, pour ta famille?
*Qu’est-ce que tu veux être, accomplir (personnellement, professionnellement, dans tes relations)
?

Une de mes ambition identifiée est d’accompagner les femmes à prendre soin d’elles.

Dans ce cadre, tu vas pouvoir profiter du défi « je prends soin de moi » qui démarre la semaine prochaine, et ce, selon tes préférences:

⭐ Gratuitement, sur le groupe fb: il y aura des contenus et des exercices toute la semaine prochaine
⭐⭐ En rejoignant le programme Zen Food: pour prendre soin de ta relation avec ta nourriture et ton corps. En promo exceptionnelle -50% jusqu’au 3 juillet (49€ au lieu de 99€)
⭐⭐⭐ En rejoignant le club des Happycuriennes  (10 places, inscriptions jusqu’au 3 juillet).

Je suis curieuse de connaître la meilleure version de toi dans tes rêves les plus fous!
Dis moi en plus sur le groupe fb!

A très bientôt,
Déborah.