Les troubles de l’image corporelle sont bien évidemment associés à l’envie de perdre du poids. On n’aime pas son corps, alors on cherche à le contrôler, à le modifier; parce qu’on nous a fait croire qu’on pouvait le faire. Et ceci a de nombreuses répercussions sur notre vie: isolement, dépression, contrôle excessif… N’y a t’il pas une autre voie pour sortir de cette spirale infernale de l’insatisfaction?     

Je vous livre mes pistes dans cet article.


Poids d’équilibre VS poids idéal

La première chose à comprendre est que l’idée qu’on contrôle notre poids est une illusion. Déjà, votre poids est programmé de manière génétique. Ensuite, vos histoires alimentaire et personnelle ont fait que votre corps a besoin d’atteindre un certain poids (poids d’équilibre) qui ne correspond sans doute pas à votre corps idéal. Plus on fait le yoyo, plus on a pris de poids,  plus on vieillit, plus le poids d’équilibre augmente.

Donc il y a de fortes chances que le poids dont vous rêvez ne corresponde pas à votre poids d’équilibre. En clair, si vous essayez d’atteindre un poids inférieur à votre poids d’équilibre, votre corps va tout faire pour vous faire retrouver ce poids.

C’est pourquoi (entre autres), vous reprenez votre poids après un régime.

Je répète encore une fois ici que les régimes ne fonctionnent pas: dans 95% des cas, les personnes reprennent leur poids (dans 40% des cas, elles reprennent plus de poids). Donc, comprenez bien qu’on ne peut pas contrôler son poids, ou alors il faudra être au régime toute votre vie…


Les pressions liées à l’idéal de minceur

Savoir que les régimes ne fonctionnent pas ne suffit pas.
Car nous vivons dans une société où nous sommes bombardées d’injonctions pour modifier ce corps jugé imparfait.
Où que nous regardions, on nous demande de faire des efforts. On nous dit que notre corps n’est pas acceptable (qu’il soit gros ou mince d’ailleurs).
Et le pire, c’est que comme nous, nos congénères, nos amis, notre famille, nos collègues, sont touchés par ces injonctions.
Aujourd’hui, on a tous fini par croire que minceur = bonheur.
On a tous fini par croire que la gras c’est mal.

Les préjugés et les croyances au sujet de l’obésité sont répandus et véhiculés par toute la société. Tout le monde participe à cette pression sur le corps. Même nous. Dans notre façon de regarder notre corps, de le juger, de le comparer; et de faire de même avec celui des autres.

La discrimination à l’égard des personnes obèses est omniprésente (par exemple au niveau professionnel, médical). Pourtant, rendre les gens honteux pour les encourager à perdre du poids est contre-productif et conduit plutôt à l’isolement, la déconnexion d’avec son corps, les TCA, la dépression….

On commence à reconnaître la grossophobie, infiltrée à tous les étages de la société (et dans tous les recoins de notre tête). Bien sûr, la société mettra du temps à changer, et nous sommes nombreux à travailler activement en ce sens.

Notre représentation du corps parfait alimente notre insatisfaction corporelle et nos envies de contrôler notre corps (par le contrôle de notre nourriture, chirurgie esthétique, le sport…).

Face aux sollicitations permanentes de la société, porter un regard nouveau sur son corps, empreint de bienveillance, peut s’avérer extrêmement difficile voire quasi-impossible. Mais, à votre échelle, il y a deux ou trois choses que vous pouvez faire pour améliorer votre image corporelle malgré tout (une bonne image corporelle ne dépend pas du poids qu’on fait).

Mes 5 conseils pour avancer sur le chemin de l’acceptation

➡️Prendre de la distance par rapport aux images qui sont véhiculées dans les médias. Oui on nous montre des femmes parfaites, mais non ces femmes n’existent pas réellement. Vous pouvez choisir de vous désintoxiquer des groupes, pages, blogs qui prônent la minceur, le culte du corps idéal, les recettes minceur, le sport pour maigrir…. STOP. On en a assez!

➡️Comme vous ne pouvez pas changer tout votre environnement, vous serez toujours atteinte par ces images. Et même si ces images vous font du mal, ce qui vous en fait encore plus, c’est le fait de les croire, et de cultiver en vous ce désamour de vous-même:
– en vous comparant
– en vous insultant
– en vous focalisant sur vos défauts

Bien sûr vous allez toujours avoir des pensées du style « tu es trop grosse, « tu es moche » etc… Mais demandez-vous:
en quoi ces pensées me sont-elles utiles?
– comment me font me sentir ces pensées?
– me mènent-elles à vivre la vie dont j’ai envie?

Et si ce n’est pas le cas, si ces pensées vous affaiblissent et vous font vous détester de plus en plus, ne les écoutez plus. Prenez de la distance. Vos pensées sont justes des mots, et comme ces images photoshopées, elles ne disent souvent pas la vérité. Désintoxiquez-vous de vos pensées!

➡️Cultivez une attitude bienveillante envers votre corps.

Peut-être qu’au début ce sera artificiel mais avec le temps, vous apprendrez à être de plus en plus douce avec vous-même. Prenez soin de vous. Traitez vous avec respect:

-Reconnectez-vous avec votre corps. Prenez le temps de vous écouter (méditation de pleine conscience, pauses, temps pour vous, activité physique).

-Reconnectez-vous sensoriellement avec votre corps

1)Observez-le. Prenez le temps, si possible chaque jour, de vous observer dans le miroir. Prenez conscience des jugements qui émergeront spontanément, et essayer de regarder au delà. Vous avez entendu ces jugements des millions de fois, mais qui êtes-vous au delà?                         

Rappelez-vous que ce sont des pensées nocives qui ne vous font pas avancer. Si vous êtes en surpoids, vous êtes aussi plus qu’une personne en surpoids. Votre corps est plus qu’un « gros ventre ».                              Observez-le dans sa totalité.            

2)Prenez le temps de toucher votre corps, d’apprécier ses contours, la qualité de votre peau, les sensations apportées par ce toucher. Vous pouvez vous masser en commençant par une partie du corps, peut-être une partie neutre comme les mains. Puis progressivement, attaquez-vous aux parties qui vous posent problème. Ces parties de votre corps font parties de vous et méritent votre attention (même si vous ne les aimez pas).

➡️Prenez soin de vous: vous n’avez pas à attendre d’avoir un corps qui vous satisfait pour prendre soin de vous. Certes vous avez appris à avoir honte de votre corps, parce que jugé « inadapté », mais tout ceci est faux. Vous avez droit au respect, et votre corps aussi.  Vous avez donc le devoir de prendre soin de vous, aujourd’hui! C’est à dire de faire des choses qui vous redonnent de l’énergie et qui vous font plaisir. 

  • Quelles activités vous donnent de l’énergie? 
  • Quelles activités vous donnent du plaisir?
  • Qu’est-ce que vous aimeriez faire pour vous? 
  • Y a t’il des choses que vous ne faîtes pas en raison de vos préoccupations corporelles?  Je vous invite à faire une ou plusieurs de ces choses. Cela devrait augmenter votre confiance en vous, et contredire vos peurs. Oui vous pouvez aller à la piscine. Oui vous pouvez faire du yoga….


➡️Développez une voix bienveillante. 

Vous avez sans doute tendance à vous dénigrer à longueur de journée; à exiger toujours plus de vous-même; à ne jamais être satisfaite: cela s’appelle le perfectionnisme.

Le perfectionnisme, c’est la rigidité. Le contraire de ce que nous recherchons pour vivre une vie épanouie.

Cessez de rechercher la perfection, ce n’est pas se laisser aller. C’est accepter ce qu’on ne peut pas changer, et faire ce qu’il faut pour changer ce qui est en notre pouvoir.

Vous n’atteindrez jamais un état où vous serez parfaite; où vous n’aurez plus besoin d’évoluer, où vous serez suffisante. Vous serez toujours imparfaites, et ferez toujours des erreurs. c’est le propre de l’humain.

Pour vous aider à lutter contre votre perfectionnisme, qui vous pousse à adopter des règles rigides pour soi-disant devenir “meilleures”, vous devez travailler à développer cette voix bienveillante qui prend soin de vous.

Cette voix bienveillante c’est l’observateur en vous, qui est capable de voir de manière neutre (dégagé des pensées automatiques) vos différentes expériences.  
Cette voix bienveillante peut vous aider à faire des choix qui vous mèneront vers une vie meilleure (plutôt que de répéter automatiquement des comportements nuisibles). 
Pour développer cette voix, vous devez prendre l’habitude de repérer vos jugements, vos critiques envers vous-même (qui ne sont que les vieilles histoires que vous raconte votre esprit) pour vous dégager de cette emprise et prendre de la hauteur. Sinon, vous allez réagir émotionnellement à des pensées qui vous sont nuisibles.

J’espère que cet article vous aidera à amorcer un changement d’attitude et de regard envers votre corps. Bien sûr, accepter son corps et développer son autobienveillance ne se fait pas du jour au lendemain. Il n’y a pas de formule magique pour ça, de solution miracle.

Il s’agit, quotidiennement, de renouveler son intention de prendre soin de soi et de bien se traiter. Porter des vêtements à notre taille, aller à ce cours de zumba, prendre un bain, nous trouver jolie aujourd’hui, nous reposer lorsque nous sommes fatiguées, envoyer balader notre esprit lorsqu’il nous dit que nous ne sommes pas à la hauteur, aller à ce rendez-vous galant…..même si notre corps ne nous convient pas 😉   

S’autoriser à bien vivre tout simplement.