Nous allons aborder aujourd’hui  une notion très importante: LA FAIM.

La faim est une sensation qui nous indique que nous devons manger. Malheureusement, les choses ne sont pas si simples. Entre nos sensations alimentaires perdues, nos croyances, nos désirs…on finit par manger par habitude pour se protéger de tout ce qui pourrait nous arriver.

Nous allons voir dans cet article pourquoi la faim est si précieuse et comment se reconnecter à cette sensation indispensable.

Faim, faim, vous avez dit faim?

 

C’est un fait, nous avons peur d’avoir faim. Nous redoutons cette sensation qui nous pousse à: …manger….

La faim est une sensation normale qui se manifeste pour nous avertir d’un besoin biologique: nous nourrir.

Malheureusement, des années de régimes et de privation nous ont amené à nous déconnecter de notre corpsLes régimes nous apprennent à compter les calories, à mesurer, à contrôler. Pas à respecter notre faim. Nous apprenons plutôt à l’ignorer.

Aviez- vous faim à votre dernier repas? Quand avez-vous eu faim pour la dernière fois?

La plupart du temps nous mangeons par habitude, en réponse à nos pensées, à ce que nous avons appris, sans prendre en compte nos sensations corporelles.

 

De nombreuses raisons peuvent nous pousser à manger:

– par habitude/croyances (c’est l’heure, je dois..)
– pour faire plaisir (pression sociale)
– parce que des aliments sont à disposition
– pour calmer une émotion (ennui, tristesse)
– par peur d’avoir faim plus tard (anticipation anxieuse de la faim)

 

Dès l’enfance, on nous apprend à manger à heures fixes, même si nous n’avons pas faim, le fameux « Finis ton assiette! ». Nous apprenons à manger sans écouter notre corps.

Et ça continue ainsi toute notre vie. Au travail, nous avalons vite fait notre repas, à heure fixe.

A la maison, nous mangeons distraitement notre repas devant un écran…sans nous soucier de nos sensations.

Nous sommes dans une société du “faire”, où l’écoute de soi, de ses émotions, de ses sensations passe à l’as. Nous pouvons apprendre très jeunes que nos sensations ne sont pas justes, et finir par ne plus les écouter.

Si on rajoute à cela des régimes, nous finissons par penser que les autres savent mieux que nous ce dont nous avons besoin. Lorsque nous sommes au régime, nous mangeons ce que d’autres ont décidé pour nous, souvent sans faim et sans plaisirLorsque nous ne sommes plus au régime (et même pendant), nous compensons ces privations en surconsommant des aliments interdits.

Nous ne sommes donc jamais à l’écoute de notre corps.

 

Les régimes nous déconnectent de notre corps. Nous apprenons à nous nourrir d’après des signaux extérieurs.

Manger quand nous avons faim = faire confiance en la sagesse naturelle de notre corps.

Notre corps nous indique naturellement grâce à la sensation de faim que nous devons manger pour remplir nos réservoirs.

Pensez à toutes ces choses que régule notre corps sans que nous n’ayons a y prêter attention: notre apport d’oxygène, nos battements cardiaques, notre température…..

Notre corps est en charge de nos besoins basiques: boire, se nourrir, respirer, dormir, être en contact….

Vous faîtes confiance à votre corps pour vous indiquer quand vous avez besoin d’aller uriner, et quand cela arrive, vous ne vous en empêchez pas?

Alors pourquoi en serait-il autrement de votre faim, qui est aussi un besoin physiologique primaire?

Il est tant de refaire confiance en votre corps!

 

Quand j’ai commencé à faire attention à ma façon de m’alimenter, j’ai constaté que je ne mangeais jamais par faim. Et en plus, je ne savais pas distinguer envie et faim. Je ne connaissais pas ma faim!

Si vous êtes dans ce cas, si vous mangez trop, toujours la même quantité, aux mêmes moments de la journée, il est probable que vous deviez réapprendre à écouter votre corps. Et nous allons voir comment faire.

 

 

Première étape

Vous devez donc aujourd’hui ré-apprendre à manger quand vous avez faim, c’est à dire, rétablir la connexion entre vos prises alimentaires et la faim physique. Cela vous permettra de vous reconnecter à votre corps et d’apprendre, peu à peu à lui faire confiance. 

Il est normal de manger quand vous avez faim. La faim est biologique, naturelle; c’est un indice précieux pour vous indiquer quand manger.

Vous empêcher de manger quand vous avez faim ne vous conduira qu’à des prises alimentaires disproportionnées et anarchiques lorsque vous serez mortes de faim et que vous devrez impérativement manger. Ce qu’il faut éviter bien sûr, en mangeant dès que vous sentez que vous avez faim.

Chaque fois que vous mangez lorsque vous avez reconnu votre faim, vous vous prouvez que vous pouvez vous faire confiance et répondre à vos besoins.

Soyez patiente avec vous-même, vous aurez besoin de pratique pour réapprendre à connaître votre faim.

 

La première étape consistera à vous mettre à l’écoute de votre faim, et pour cela, vous allez l’ observer.

Vous allez vous demander avant d’ingérer un aliment si vous avez faim, et comment cela se manifeste dans votre corps. (Vous pourrez utiliser le tableau d’observation ci-dessous).

 

Voici une liste de sensations fréquemment associées à la faim:

  • Estomac: crampes, gargouillis, vide, douleur
  • Tête: étourdissement, difficulté de concentration. Pensées à propos de nourriture
  • Humeur: irritabilité
  • Baisse d’énergie, somnolence
  • Bouche sèche, salivation
  • Sensations dans la gorge

Ces signaux sont bien sûr indicatifs, et chacun de nous ressent la faim différemment.

Après des années de déconnexion avec votre corps, vos sensations se sont sans doute atténuées. Il vous faudra un peu de temps pour les reconnaître, c’est normal.

 

Si vous ne ressentez jamais la faim, je vous suggère de sautez votre petit déjeuner, ou votre déjeuner.
Prévoyez une collation mais ne la mangez que si vous avez faim (pas si vous croyez avoir faim ou si vous avez peur d‘avoir faim).

Si cet exercice est difficile pour vous, observez les émotions qu’il éveille en vous, vos peurs, vos résistances; puis passez quand même à l’action.
Il n’y a que l’expérience qui pourra vous montrer que la faim n’est pas si terrible.

 

Deuxième étape

Quand vous aurez identifiez votre faim, vous pourrez commencer à l’évaluer grâce à l’échelle d’évaluation de la faim que vous trouverez ci-dessous.

La faim ne se manifeste pas toujours avec la même intensité, et vous ne mangerez pas la même chose si c’est une petite, ou une grosse faim. Voilà pourquoi il est essentiel d’apprendre à connaître intimement votre faim.

 

Chaque prise alimentaire est l’occasion de vous demander:

Est-ce que j’ai faim? Comment cela se manifeste t’il? Où ça se situe dans mon corps?

A combien j’évalue cette faim sur l’échelle d’évaluation?

Qu’est-ce que j’ai envie de manger?

Et chaque fois que vous remarquez que vous avez faim, vous devez manger! Il n’y a pas de dérogations possibles 😉

 

Je tiens à préciser ici une chose importante: Mangez quand vous avez faim ne signifie pas ne pas manger quand vous n’avez pas faim si vous en avez envie. Il est nécessaire de manger quand vous avez faim ET également de respecter vos envies de manger pour ne pas vous mettre dans un état de restriction. L’intérêt de ces exercices est de vous reconnecter avec votre faim, pas d’éliminer les envies émotionnelles de manger. Vous pourrez prendre conscience des moments où vous manger avec faim et sans faim, mais toujours sans vous juger ni vous empêcher de manger. C’est vraiment très important.

 

Attention:

  • Observez sans tenter de changer quoi que ce soit.
  • N’analysez pas, mais faites preuve de curiosité bienveillante: pas de jugements
  • Prêtez attention à votre discours intérieur: Que vous dites-vous dans ces moments? Culpabilisez-vous? (« arrête de manger », « il n’est pas encore l’heure », « ça suffit », « tu vas grossir », « tu as déjà mangé ceci.. »)

 

Vous pourrez vous aider du tableau et de l‘échelle d’évaluation de la faim que vous trouverez ici.

 

Je vous invite à rejoindre le tout nouveau groupe de soutien sur l’ Alimentation intuitive afin de partager vos questionnements, difficultés, réussites avec des personnes dans la même situation, ou qui pourront vous apporter des éclaircissements, des témoignages.

Je gère ce groupe et y partagerai avec plaisir ce que j’ai appris sur l’alimentation intuitive.

 

Au plaisir de vous retrouver!

Déborah.