Sélectionner une page

Sur les blogs/forums/groupes d’alimentation intuitive, il est régulièrement recommandé d’arrêter de vouloir maigrir. Dans cet article, nous allons voir les raisons de cette recommandation, et comment dépasser ce clivage maigrir/ou ne pas maigrir.

 

Ne plus chercher à maigrir

Bien-sûr, cela apparaît comme une douce illusion dans une société où l’idéal féminin est constamment dépeint comme une femme mince (maigre).

Partout, tout le temps, on nous met sous les yeux des femmes minces (filiformes, sans défauts): dans les publicités, les séries, les films, les magasines… Nous sommes tous conditionnés depuis notre naissance a associer minceur et beauté.

Alors pourquoi faudrait-il arrêter de chercher à maigrir?

L’alimentation intuitive est une approche qui consiste à se reconnecter à son corps (à ses sensations alimentaires, à ses besoins) et à respecter ses besoins. Pour cela il est nécessaire de se défaire progressivement de ses croyances alimentaires et d’entamer une démarche de bienveillance et de respect envers son corps.

Quand vous cherchez à perdre du poids, bien souvent, vous allez sacrifier vos besoins. Vous allez contrôler votre alimentation à partir de croyances et vous allez ignorer vos ressentis corporels: vous allez ignorer votre faim car ce n’est pas l’heure de manger; vous allez manger alors que vous n’avez pas faim; vous allez résister à la nourriture…. En d’autres termes, vous n’allez pas respecter votre corps.

A partir du moment où vous êtes dans une démarche de perte de poids, rien ne passera avant votre contrôle. Vous allez sacrifier votre bien-être, et même parfois, votre santé.

Pour preuves, voici quelques unes des façons qui ont été suivi, sans doute par des milliers de personnes, pour perdre du poids:

  • réduire le nombre de calories (= dénutrition)
  • avaler des boules de cotons pour se remplir l’estomac
  • faire du sport à outrance
  • avaler un vers solitaire
  • prendre des laxatifs
  • éliminer des catégories d’aliments

 

Le simple fait de vouloir contrôler votre alimentation, de « faire attention », de faire un « rééquilibrage alimentaire », vous conduit à rester dans votre tête pour choisir quoi et quand manger.

Et du coup, qu’est-ce qu’on fait?

Si on arrête les régimes, me direz-vous, comment maigrir?

La solution est d’arrêter de vouloir maigrir? Mais et si on se sent mal dans son corps?

 

Retrouver son poids d’équilibre

Manger en vous guidant à l’aide de vos sensations alimentaires va vous permettre d’atteindre votre poids d’équilibre.

C’est le poids où votre corps se stabilise lorsque vous respecter votre faim et votre satiété.

Attention! Ce n’est pas le poids que vous voulez faire. Ce n’est pas votre poids « idéal ».

Le poids d’équilibre ce n’est pas un poids où on est forcément mince. Si ça fait un long moment que vous êtes en surpoids, il se peut que votre poids d’équilibre ce soit décalé à la hausse. Cela signifie que si vous essayez de descendre en dessous de ce poids, votre cerveau vous poussera à manger pour retrouver votre poids d’équilibre (voir Pourquoi les régimes font grossir, de Sandra, Aadmodt), et donc les régimes seront toujours inefficaces.

Poursuivre dans cette voie n’est donc pas du tout souhaitable et pourrait conduire à votre épuisement physique et psychique, ainsi qu’à une détérioration progressive de votre image corporelle et de votre confiance en vous.

L’alimentation intuitive, en vous réapprenant à manger selon vos réels besoins, et non plus selon des croyances, vous permet de devenir réellement responsable et autonome vis à vis de votre alimentation. Vous devenez votre propre expert, vous affinez votre connaissance de vous-même.

Et de mon point de vue si vous désirez perdre du poids, c’est la seule solution saine et soutenable sur le long terme.

Perdre ou ne pas perdre?

Je ne peux pas aujourd’hui dire à des personnes en surpoids, voire obèses, qu’elles doivent arrêter de vouloir maigrir.

Oui, vouloir maigrir peut conduire à des comportements antagonistes à l’écoute et au respect de soi.

Oui, vouloir maigrir peut conduire à mettre sa santé en danger, et même à prendre plus de poids.

Mais je n’imagine pas la souffrance que c’est d’être gros dans notre société. Je sais que le moindre bout de gras qui dépasse est condamné.

Je vois la discrimination. Les stéréotypes.

Je comprends tellement cette envie de vouloir maigrir. Et parfois, une partie de la solution à ce mal-être, c’est de perdre du poids.

Mais pas n’importe comment.

Nous savons que les régimes ne fonctionnent pas, qu’ils ont des conséquences délétères pour la santé, et qu’ils peuvent même faire prendre plus de poids.

 

Ce que je vous propose ici c’est d’entamer une double démarche:

  • Augmenter votre bienveillance envers vous-même aujourd’hui, avec le corps que vous avez maintenant. Apprenez à prendre soin de vous et à vous respecter.

 

Peut-être qu’aujourd’hui vous voulez maigrir, et peut-être que cette envie ne disparaîtra pas, ou alors dans TRÈEEEEES  longtemps.

Je vous propose d’apprendre à reconnaître cette voix en vous qui souhaite maigrir, et d’ observer comment elle voudrait vous pousser encore et encore à contrôler votre alimentation (le contrôle étant le seul moyen que vous connaissiez pour perdre du poids).

D’un autre côté, vous allez devoir prendre soin de la partie bienveillante en vous.

Celle qui veut prendre soin de vous.

Celle qui sait à quel point les régimes vous font vous sentir mal.

Celle qui sait la frustration, la haine de soi, la restriction, le contrôle, la honte, la culpabilité, la détresse….

Cette voix qui sait que vous ne souhaitez plus vivre ça, et que si vous souhaitez maigrir (ce qui est légitime), vous devez commencer par prendre soin de vous, par vous écouter, par vous respecter.

 

Alors si la voix des régimes vous semble très forte en ce moment, si vous êtes à deux doigts de retomber dans ce piège, je vous invite à vous demander:

Qu’êtes-vous prêtes à sacrifier pour maigrir?

Jusqu’où êtes-vous prêtes à aller?

Qu’avez-vous déjà sacrifié?

Êtes-vous prêtes à nourrir votre voix bienveillante?

 

Si cet article vous inspire, n’hésitez pas à le partager, et à parcourir le blog.

A bientôt,

Déborah.