La meilleure façon de s’assurer que notre enfant ait une alimentation équilibrée est de contrôler ce qu’il mange. Eviter les aliments industriels. Privilégier les aliments nutritifs. Gérer les portions.

En réalité, pas si sûr…. Explications.

 

Sortir du contrôle

On pense généralement que les enfants ont besoin d’être éduqués nutritionnellement. Que si on les laisse manger ce qu’ils veulent, ils ne mangeront que de la malbouffe (= aliments industriels hyperméga gras, sucrés, salés +++), ce qui est culturellement inacceptable. Et mettrait leur santé en danger.

Ils ont donc besoin qu’on leur impose des limites. Qu’on leur dise ce qu’ils ont le droit de manger ou pas. Qu’on gère leurs quantités.

Nous avons donc tendance à penser que notre rôle de parent responsable et attentif est de:

  • limiter les aliments industriels
  • encourager l’ingestion de fruits et légumes (quitte à recourir au chantage voire à la punition)
  • contrôler les portions pour que notre enfant mange la juste quantité (selon les normes)

 

Nous entrons donc dans le jeu des aliments interdits et autorisés, du contrôle, du stress, de l’obsession pour l’alimentation et le poids de notre enfant. Nous mettons la pression à notre enfant (et nous nous la mettons encore plus!).

Laissez moi donc vous expliquer les conséquences de cette attitude de restriction/pression:

  • Détérioration de la relation avec la nourriture de votre enfant: il va finir lui aussi par considérer qu’il y a des aliments interdits, et d’autres autorisés: il va être obsédé par les aliments interdits, et rechigner à manger des aliments autorisés (ou perdre le plaisir à les manger puisqu’il y est contraint)
  • Détérioration de votre relation avec votre enfant: à cause des punitions, de la surveillances, peut-être des cris….. L’ambiance des repas peut être gravement endommagée et devenir pesante.
  • Déconnexion progressive de votre enfant avec ses sensations alimentaires puisqu’il apprend peu à peu à vous faire plaisir, à répondre à vos attentes, plutôt que de répondre à ses sensations alimentaires
  • Dérégulation du comportement alimentaire (grignotages en cachette, attitudes compulsives) et possible prise de poids
  • Perte de plaisir à manger

 

ça à l’air plutôt contre-productif vous ne trouvez pas?

Au lieu de réguler leur alimentation, une telle attitude de contrôle ne fait que participer à une dérégulation globale du comportement alimentaire de nos enfants. 

Et pour une raison très simple: vous ne pouvez pas réguler l’alimentation de vos enfants, eux seuls peuvent le faire!

Confiance et régulation naturelle

Nos enfants sont capables, et ce depuis leur naissance, de réguler leurs apports alimentaires.

C’est à dire que, via leurs sensations alimentaires (faim, plaisir, satiété), ils sont capables de savoir précisément de quelle quantité de nourriture ils ont besoin, et même, de quelle nature d’aliments ils ont besoin.

Cette compétence a été démontré a de nombreuses reprises, chez les hommes et chez les animaux.

Notre corps nous indique de manière extrêmement fine quels sont nos besoins quantitatifs et qualitatifs.

En 1962, une expérience menée par Lestradet a montré de manière claire que les bébés sont capables de moduler leurs apports alimentaires. Il a été proposé à certains bébés du lait hypercalorique (73 calories pour 100g) et à d’autres du lait moins calorique (50 calories pour 100g).

Les résultats ont montré que les enfants du deuxième groupe ont augmenté spontanément leur consommation de lait pour compenser le manque de calories.

Il a également été constaté que chaque enfant consommait la juste quantité de lait nécessaire à sa croissance sans qu’il y ait de relation entre la quantité consommée et la croissance = chaque enfant a des besoins spécifiques qu’il connaît de manière instinctive.

 

 

Bien que nos enfants soient parfaitement équipés pour gérer de manière adéquate leur alimentation, des facteurs extérieurs peuvent venir perturber cette régulation. Et un de ces facteurs est l’attitude des parents vis à vis de la nourriture.

Comme nous l’avons vu, une attitude de contrôle et de restriction nuit à la bonne relation de l’enfant avec son corps (sensations alimentaires) et sa nourriture.

Pour sortir de cette relation contrôlante et très désagréable, il faut nourrir la confiance dans les compétences de votre enfant pour lui permettre de redevenir un mangeur régulé.

 

Soutenir les compétences de votre enfant

Voici les caractéristiques du mangeur régulé/intuitif:

  • Manger les aliments qu’on aime
  • Manger autant qu’on veut 
  • Avoir des sentiments positif vis à vis de la nourriture (pas de frustration, ni de culpabilité)
  • Respecter ses sensations alimentaires 

 

Voici les attitudes qui nuisent aux capacités naturelles de votre enfant:

  • Gérer vous-même ses portions, l’empêcher de se servir tout seul, ou de se resservir
  • Faire du chantage: l’obliger à manger les aliments qu’il n’aime pas pour avoir ceux qu’il aime
  • Utiliser la nourriture comme une récompense: « tu auras un bonbon si tu es sage »
  • L’obliger à finir son assiette, et lui interdire le dessert s’il ne finit pas (il peut ne plus avoir faim pour son plat et avoir faim de dessert!)
  • Lui interdire de manger quand il a faim et l’obliger à manger quand il n’a plus faim
  • Juger ce qu’il mange, s’il mange trop (selon vous) ou des aliments qui ne vous plaisent pas

 

 

Faîtes confiance à votre enfant. Il sait de manière intuitive réguler son alimentation.

  • Laissez-le choisir ses portions
  • Laissez-le manger ou pas
  • Proposez lui des aliments qu’il aime
  • Ne le forcez pas à manger des aliments qu’il n’aime pas. Proposez juste.

 

Les enfants qui ont l’opportunité de développer une relation saine et joyeuse avec la nourriture deviennent des adultes qui savent se réguler et qui ne seront pas vulnérables face à l’alimentation automatique.

Il s’agit de leur donner l’opportunité d’apprendre dans un contexte sûr et bienveillant.

Votre rôle de parent est de permettre à vos enfants de respecter leurs sensations alimentaires et de conserver une relation joyeuse avec la nourriture. 

Votre rôle est essentiel. Mais ce n’est pas de contrôler; plutôt d’accompagner, de suivre et d’écouter ce qui se passe pour votre enfant.

C’est toute une aventure et ce n’est pas toujours évident quand on est soi-même en lutte avec son alimentation/son poids. C’est peut-être l’occasion de réviser vos croyances alimentaires et de vous autoriser vous aussi le plaisir de manger.

 

A très vite,

Déborah.