Comment sortir de l’engrenage de l’alimentation émotionnelle?

L’alimentation émotionnelle est le problème n°1 des femmes que j’accompagne. « Manger ses émotions » est sans aucun doute un problème. Mais ce qui est encore plus néfaste à mon avis, c’est de ne pas comprendre ce qu’il se passe réellement quand on craque. Comment aller mieux quand on ne sait pas ce qui nous arrive? Et surtout quand les solutions qu’on nous propose ne font qu’aggraver le problème?

Dans cet article, je vous explique ce que j’ai compris de l’alimentation émotionnelle et comment mieux la gérer.

Manger du chocolat et des aliments gras

Derrière l’envie, le besoin

On accuse l’alimentation émotionnelle d’être la responsable des prises de poids intempestives. Un manque de volonté, de self-contrôle.

Ce que je vois moi, c’est que, ce qu’on pense de l’alimentation émotionnelle va influencer largement notre comportement alimentaire. Ce qu’on pense de l’alimentation émotionnelle peut même être plus néfaste selon moi, que l’alimentation émotionnelle en elle-même.

Quand on parle d’alimentation émotionnelle, on parle de:

  • craquages
  • grignotages
  • envies de manger émotionnelles
  • manger ses émotions
  • gourmandise
  • gérer ses émotions en mangeant

Et généralement, c’est connoté négativement. Non, on ne devrait pas faire ça. D’ailleurs, il existe une foule de méthodes/techniques pour nous aider à arrêter de manger nos émotions = se divertir en faisant une activité qui nous détends, écrire, penser à autre chose, boire de l’eau, manger des aliments 0%…

7 jours pour dire adieu à tes craquages!

Après ton inscription, tu recevras 4 mails sur 1 semaine pour tout comprendre de l'alimentation émotionnelle! 

J’ai vécu le fait de me sentir incontrôlable face à la nourriture. Le fait de ne pas pouvoir ne pas manger, alors que je savais que je n’avais pas faim. Je sais à quel point on se sent à la merci de la nourriture, sans comprendre ce qui nous arrive.

Mais le fait est que ce n’est pas la nourriture qui est le problème.

Ni même vous.

Le problème est de ne pas accepter ce qui est là pour vous, et de lutter contre ça.

A la base, il y a des envies de manger. Qui peuvent venir d’une mauvaise gestion de vos émotions, d’une période très stressante, d’un hypercontrôle de votre alimentation….

Bref, il y a des envies. Tout de suite, la raison de ces envies ne compte pas.

Vous avez des envies de manger qui arrivent régulièrement, et qui vous poussent à manger, parfois de grosses quantités de nourriture, parfois sans que vous n’arriviez à vous arrêter.

Ces envies ont une raison d’être, même si ça vous semble totalement inexplicable tellement c’est énorme.

Mais à la base, il y a une raison. Et cette raison c’est un besoin. Un besoin qui s’exprime à travers une envie de manger.

envie de manger émotionnelle

Peut-être que vous ne savez pas comment l’exprimer autrement. Peut-être que vous n’avez pas appris le langage de vos émotions, ni de vos besoins physiques.

Imaginez. Vous avez besoin de dormir, ou de manger, ou de contact. Vous ignorez que vous avez ce besoin. Ou alors, vous le savez, mais vous ne savez pas comment nourrir ce besoin = vous allez avoir envie de manger, car la nourriture nous réconforte, en théorie.

Imaginez. Vous vous sentez terriblement seule, en colère, triste, déprimée. Vous ignorez ces émotions, ou alors vous les ressentez vivement mais vous ne savez pas comment vous en débarrasser = vous allez avoir envie de manger, car la nourriture nous réconforte, en théorie.

En théorie la nourriture devrait nous réconforter puisque manger des aliments réconfortants abaisse notre niveau sanguin du marqueur du stress (cortisol). On devrait manger une petite quantité de nourriture bien calorique et être apaisée. Passer à autre chose. Se sentir mieux.

Mais les choses ne se passent pas comme ça pour vous….

manger des cookies et de la glace

Ce que vous pensez de ce que vous mangez….

Oui, dans un monde idéal peut-être qu’aucun de nous n’utiliserait la nourriture pour se réconforter.

Nous serions des humains hyper évolués capable:

1/ De reconnaitre nos émotions

2/ De vivre nos émotions

3/ D’exprimer clairement et efficacement notre état et nos demandes aux autres

Nous savons bien qu’aujourd’hui cette réalité n’existe pas.

Nous partons de loin. Nous sommes de générations où il était interdit de s’exprimer trop bruyamment, ou la colère et la tristesse (selon le sexe) étaient à ravaler, où il était commun de laisser pleurer les bébés, où les émotions vives étaient considérées comme des caprices. Bref, où l’accueil et l’accompagnement des émotions étaient inexistants…

Oui, ça progresse. Notamment grâce aux progrès des neurosciences.

Le fait est que nous, adultes d’aujourd’hui, gardons des séquelles de l’éducation, et du manque d’étayement émotionnel que nous avons vécu. Et donc, nous utilisons des béquilles, pour nous permettre d’avancer quand même.

Ce n’est ni bien ni mal, c’est comme ça.

gâteau au chocolat

Et la nourriture est une de ces béquilles. Comme par exemple dormir, faire du sport, fumer, boire, regarder des séries, aller sur les réseaux sociaux, se ronger les ongles….

Le problème c’est que manger comme ça, émotionnellement, n’importe comment, ça fait grossir.

Et c’est vrai. La nourriture ça fait grossir. Quand on ne s’autorise pas à se réconforter avec. Quand on entretient une mauvaise relation avec elle. Quand on est déconnecté de ses sensations alimentaires. Quand on culpabilise.

Parce que, oui. Quand on cherche à contrôler son poids, on n’a pas du tout envie de manger pour rien, juste « comme ça ». Surtout quand ça se transforme en « crise ». Alors on essai de contrôler encore plus, et la situation nous échappe…

La réalité c’est que plus vous allez essayer de contrôler votre alimentation, plus vous allez perdre le contrôle et vous sentir sous l’emprise de la nourriture.

Parce que vous allez manger progressivement de plus en plus de manière émotionnelle.

Parce qu’une envie de manger « normale » va se transformer en crise terrible parce que vous aurez culpabilisez. Parce qu’il ne faut pas. Parce que ça fait grossir; parce que vous n’arrivez pas à savourer. Parce que vous n’arrivez pas à vous réconforter avec la nourriture….

Ce que vous pensez de votre nourriture vous fait du mal.

Comment pourriez-vous savourer des aliments dont vous pensez qu’ils vous font grossir? Comment pourriez-vous vous sentir bien quand vous pensez ne pas avoir de volonté?

Ce que vous pensez pendant que vous mangez (et même avant) influence votre comportement alimentaire. Et pendant que vous mangez émotionnellement, vous êtes encore envahie par une foule de jugements que vous portez sur vous ou la nourriture. Et ces jugements vous font éprouver d’autres émotions désagréables que vous tentez de calmer avec plus de nourriture mais ça génère encore des jugements et le réconfort ne vient jamais….

Voilà ce que j’appelle l’engrenage de l’alimentation émotionnelle. C’est un processus qui s’auto-entretient, puisque vous finissez par avoir une mauvaise image de vous et de votre nourriture qui va entretenir votre mauvaise relation et vos crises.

Voyons maintenant comment on sort de tout ça.

Se permettre de se réconforter avec la nourriture

Dans l’ ACT (thérapie d’acceptation et d’engagement) on parle de boucle coincée pour décrire une situation dans laquelle nos pensées génèrent des comportements qui génèrent des pensées qui renforcent ce comportement….En gros, on répète les mêmes choses encore et encore, même si ça nous fait du mal.

Et l’idée, c’est que nous ne sommes coincés que parce que nous ne voyons pas que nous avons le choix. Que nous pouvons agir différemment.

Essayer de lutter contre votre alimentation émotionnelle, même en changeant de stratégie ou de régime, c’est toujours lutter.

gérer ses envies de manger émotionnelles

Et si vous vous permettiez de manger en paix?

Et si vous vous permettiez de vous réconforter avec la nourriture, comme tout le monde?

Même si vous êtes en surpoids, oui.

Parce que, comme vous l’avez compris, si vous lutez contre ça, vous allez manger plus. Beaucoup plus. Toujours plus. Et surtout, vous allez toujours vous sentir insatisfaite.

Pour pouvoir faire la paix avec votre nourriture, il vous faut réapprendre à manger. En oubliant tout ce que vous avez appris sur vos aliments. En mettant de côté vos croyances.

Oui, ça prends du temps.

Et c’est l’accompagnement que je propose dans mon programme en ligne Ma Vie Savoureuse, parce que c’est bien d’être accompagnée, même si on peut le faire seule mais ça prend beaucoup plus de temps (et attention aux angles morts!).

Si vous souhaitez commencer à explorer ce que pourrait être une relation pacifiée avec votre nourriture, je vous ai préparé un défi tout doux pour comprendre les raisons de vos craquages pour pouvoir ainsi les désamorcer plus facilement.

Cliquez sur l’image pour vous inscrire.

A tout de suite,

Déborah.

en finir avec les craquages

PS: Si vous souhaitez tenter l’aventure avec moi, je vais réouvrir les portes de mon programme Ma Vie Savoureuse fin février où je vous partagerai tout ça, et bien plus encore = alimentation intuitive + développement personnel, le combo parfait pour reprendre le contrôle de sa vie 😉