Bien sûr, elle ne connaît rien à la nutrition.

Elle ne sait pas différencier lipides et glucides, dont elle ignore l’existence.

Elle ne soupçonne pas les effets secondaires des additifs et des colorants.

Elle se moque des théories alimentaires qui nous déchirent….

 

Mais….

J’observe qu’elle sait toujours quoi manger et en quelle quantité.

Qu’elle ne mange jamais la même quantité, ni au même moment de la journée.

Que sa faim ne correspond que rarement au contenu de son assiette.

Les 6 étapes pour sortir du cycle restriction-compulsion et faire ​la paix avec votre corps!

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement le guide

Qu’il lui est facile de laisser des aliments (n’importe quel aliment!) lorsqu’elle n’a plus faim/n’en n’a plus envie.

Que si elle n’a pas faim, elle ne mange pas.

Qu’elle n’a pas forcément envie des aliments que j’ai choisi.

Que parfois elle picore, parfois elle dévore….

 

J’apprends qu’elle en sait plus sur son corps et ses besoins, que moi, ou que n’importe quel médecin, n’importe quelle théorie, malgré le fait qu’elle se tamponne de la nutrition.

J’apprends que malgré le fait que je sois sa mère, l’ Adulte, c’est elle qui sait, avec une précision infaillible, ce dont elle a besoin.

J’apprends à lui faire confiance.

J’apprends que son corps sait.

LE CORPS SAIT.

 

Mais sommes-nous en mesure de l’écouter, englués que nous sommes dans toutes nos croyances alimentaires, dans notre désir de contrôler notre alimentation et notre corps, dans notre désir de bien faire?

 

 

Bien sûr, elle fera des expériences que je considérerai comme des erreurs….

Elle mangera TROP de ceci et de cela… TROP, selon moi. 

Simplement parce que c’est un être humain, et pas une machine.

Mais si je l’empêche de vivre ces expériences, comment saura t’elle, dans ses tripes, où s’arrêter?

Comment apprendra t’elle la responsabilité et l’autonomie?

Si je l’empêche d‘explorer ses limites, n’essaiera t’elle pas toujours de les trouver? Saura t’elle s’arrêter, ou aura t’elle toujours besoin de moi?

Nos enfants possèdent des dons précieux. Des dons que nous avons, nous adultes, malheureusement bien du mal à retrouver aujourd’hui.

La capacité de savoir, d’instinct, ce dont ils ont besoin.

La capacité d’être connectés à leurs sensations alimentaires, de manger quand ils ont faim, et de s’arrêter quand ils sont rassasiés.

La capacité de manger, avec plaisir, l’aliment juste approprié à cet instant précis.

la capacité de savoir, avec beaucoup plus de précision que nous, ce qui est bon pour eux.

 

Ne les contaminons pas avec nos peurs et croyances toxiques.

Laissons-les faire leurs expériences.

Et plutôt que d’essayer à tout prix de vouloir leur enseigner ce que nous croyons savoir, apprenons-d’eux.

Apprenons de leur sagesse.

Apprenons de leur justesse.

Et faisons-leur confiance.