Voici le deuxième article d’ une série pour explorer en profondeur ce qu’est l’alimentation intuitive et aborder les peurs les plus courantes, peut-être celles qui vous empêchent de vous lancer. Vous trouverez le premier article ici.

Être au régime. C’est une situation bien trop courante dans la vie d’une femme. Les conversations autour de la prise ou de la perte de poids occupent souvent une place importante dans nos conversations.

Un régime, c’est une restriction volontaire de nourriture dans le but de perdre du poids, ou d’éviter d’en prendre. Cette restriction n’a rien de naturelle pour le corps. Au contraire, sur le long terme elle peut avoir des effets dommageables pour notre santé mentale, notre santé physique et notre vie en général. 

Dans cet article, nous allons voir 5 effets, trop souvent méconnus et sous-estimés, des régimes.

 

I. Les régimes ne fonctionnent pas

 

Les études prouvent que les régimes font grossir sur le long terme.

  •  80% des personnes reprennent le poids perdu au bout d’un an.
  • 94% au bout de 2 ans.

1 seul régime multiplie les risques de prise de poids par 3 pour les femmes!

Les femmes ayant suivi 2 ou 3 régimes ont 5 fois plus de risque d’être en surpoids à 25 ans.

Avec chaque nouveau régime le corps apprend à s’adapter en brûlant moins de calories.

Le premier régime prend le corps au dépourvu et vous permet donc de perdre du poids rapidement. Mais, vous reprenez ce poids, refaite un régime et le corps s’adapte. Il devient alors plus difficile de perdre du poids!

Quand vous reprenez votre poids vous vous culpabilisez alors qu’en fait c’est le régime qui ne fonctionne pas!

Achèteriez-vous encore et encore un produit qui a plus de 95% de taux d’échec?

 

II. Il ont de multiples conséquences négatives sur votre santé:

 

  • Diminution du métabolisme = vous dépensez moins d’énergie, vous stockez plus de gras (= vous prenez du poids ou avez de plus en plus de difficultés à en perdre)
  • Troubles de l’humeur: stress, irritabilité, déprime, dépression, sautes d’humeur
  • Carences, entraînant des troubles musculo-squelettiques et de la fatigue
  • Altération de la vie sociale, renfermement sur soi, morosité
  • Troubles du comportement alimentaire (compulsions, boulimie, anorexie)
  • …….

 

III. Ils vous rendent obsédée par la nourriture et vous conduisent aux compulsions

 

36 hommes,  en excellente santé mentale et physique, sélectionnés pour perdre 25% de leur masse corporelle en 6 mois. Leur apport de nourriture journalier a été divisé par 2.

Résultats:

  • Les participants étaient affamés
  • Obsédés par la nourriture
  • Insatisables

A la fin de l’expérience, bien que leur ration alimentaire ait été augmentée au delà de ce qu’ils mangeaient avant l’expérience, ils restaient obsédées par la nourriture, avaient constamment peur de manquer, et n’étaient jamais satisfaits. Plusieurs souffrirent pendant des années de troubles du comportement alimentaire.  

 

Des expériences comme celles-ci ont été reproduites, encore et encore, avec les mêmes résultats:

N’importe quel individu placé dans des conditions de privation développe des comportements alimentaires anarchiques vis à vis de la nourriture.

 

Les restrictions induitent par les régimes vous mettent dans un état de privation qui a des effet physiques et psychologiques qui vous poussent à manger. Quand vous êtes au régime, vous restreignez votre nourriture. Et votre organisme va réagir à cette privation comme si c’était une famine, et vous pousser à manger. C’est un mécanisme de survie! 

Tout ceci est naturel puisque nos ancêtres avaient besoin de ces stratégies pour survivre aux périodes de famine qui étaient régulières = utiliser moins d’énergie, stocker en masse ce qui rentre dans l’organisme, et rechercher activement de la nourriture calorique!

 

 

 

IV. Ils vous déconnectent de votre corps et détériorent votre confiance en vous

 

Le fait d’être sous l’emprise de vos restrictions vous empêche de vous connecter avec votre corps puisque, soit vous choisissez ce que vous mangez selon vos règles alimentaires, soit vous êtes sous l’emprise de comportements compulsifs.

Les régimes vous ont appris à compter les calories, à mesurer, à contrôler; pas à respecter vos sensations alimentaires, que vous avez appris à ignorer. 

 

Plusieurs  expériences ont montré que les mangeurs restreints ont perdu leur capacité à s’autoréguler: ils ne se fient qu’à leur mental pour réguler leur alimentation (tandis que les mangeurs régulés se fient à leurs sensations alimentaires (qui reflètent réellement leurs besoins)).

Ne pas respecter ses signaux de faim ou de satiété (sensations corporelles) conduit à une perte de confiance en son corps, à une déconnexion d’avec ses sensations alimentaires (manger sans faim, ne pas sentir la faim…).

 

A force d’ignorer les signaux de notre corps, ceux ci se font de moins en moins entendre.

Votre régulation naturelle a été remplacée par un lot d’habitudes, de croyances et de peurs. Votre mental a pris le dessus sur votre corps. Après des mois, des années de régimes, vous pensez peut-être que les autres savent mieux que vous ce dont vous avez besoin. 

Lorsque vous êtes au régime, vous mangez ce que d’autres ont décidés pour vous, souvent sans faim et sans plaisir. Lorsque vous n’ êtes plus au régime (et même pendant), vous compensez ces privations en surconsommant des aliments interdits.

Vous n’ êtes donc jamais à l’écoute de votre corps.

 

V. Ils contrôlent votre vie

 

Lorsque vous êtes au régime, vous ne pensez plus qu’à ça.

Quand vous vous réveillez, vous vous pesez. Vous déplacez la balance, et vous vous repesez. Vous re-déplacez la balance…..

Vous contrôlez et jugez tout ce que vous mangez.

Votre alimentation devient une obsession: culpabilité et frustration font parties de votre quotidien.

Vous scrutez votre corps dans les moindres détails et ne lui pardonnez aucunes imperfections: dès que vous enfilez un pantalon, dès que vous apercevez votre reflet….

Vous vous comparez à TOUTES les autres femmes

Vous vous pesez encore d’autres fois dans la journée. Au cas où….

 

Vous rendez-vous compte à quel point cette discipline est fatigante et exigeante?

Combien dépensez-vous d’énergie dans cette quête?

Et dans quels domaines de votre vie vous pourriez investir votre énergie à la place?